Batailles et Blindés - Histoire de la guerre mécanisée et des engins militaires

Batailles et Blindés : Histoire de la guerre mécanisée et des engins militaires

Batailles & Blindés Hors-Série N°41 : Panzerwaffe versus Armée Rouge - Le choc des Titans.

Batailles & Blindés N°93

DISPONIBLE (8 € frais de port compris)

Disponible également au format tablettes et smartphones

Logo de Google Play Logo itunes

Bataille et blindés n°93 : Le pont de Remagen. Vers le coeur du III. Reich

[ zoom ]

[ Commander ]

+ Remagen, mars 1945

Vers le cœur du III. Reich !

Le 7 mars 1945, des éléments de la 9th Armored Division découvrent le pont de chemin de fer Ludendorff à Remagen toujours debout. C'est le dernier pont sur le Rhin encore utilisable. Saisissant cette opportunité, les Américains établissent une tête de pont à l’est du Rhin. Le cœur de l’Allemagne est désormais en point de mire…

+ BT-5 en Espagne !

Un emploi novateur… et chaotique

L'utilisation de blindés dans la guerre civile espagnole se fait sans réelle préparation et repose sur une tactique plus typique de la Grande guerre que du conflit mondial qui s’annonce. Son utilisation est limitée à l'accompagnement de l'infanterie, sans profiter de son utilisation possible dans des opérations de masse ou en profondeur. Cependant, à au moins une occasion, les blindés sont employés d’une manière totalement novatrice… qui sera utilisée pendant la guerre et portera un surnom adapté : avec des fantassins montés « à la russe ».

+ Le 23rd Special Troops

Les « Psy Ops » made in USA !

De toutes les unités de l’US Army de la Seconde Guerre mondiale, le 23rd Special Troops est certainement la plus mystérieuse. Elle n’en constitue pas moins l’une des plus importantes en matière d’expérimentation de guerre psychologique et de « Force multiplication », terme américain traduisant l’introduction d’un élément ou d’une combinaison d’éléments auprès des formations de combat de première ligne qui permet d’améliorer bien plus leur potentiel offensif que si elles en étaient démunies.

+ Les chars moyens allemands

Du Begleitwagen au Main Battle Tank

Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, la classe des chars moyens constitue le fer de lance des Panzer-Divisionen. Ils forment le gros des bataillons et s’avèrent suffisamment souples pour répondre à la grande majorité des missions assignées aux corps mécanisés du III. Reich. Au fil des batailles, cette catégorie évolue en fonction des menaces, certains Panzer voyant même leur rôle changer du tout au tout pour aboutir aux prémices de ce qui deviendra le Main Battle Tank (char de combat principal) qui, à l’heure actuelle, équipe les armées modernes.

+ Coups de main à Porechye !

« Brandebourgeois » en pointe de la 6. Panzer-Division aux portes de Leningrad

Au début de l’opération « Barbarossa », ayant reçu pour objectif prioritaire de s’emparer de Leningrad, le Generalfeldmarschall Wilhelm von Leeb, Kommandeur de la Heeresgruppe Nord, dispose de la Panzergruppe 4 qui fait rouler en tête les 1. et 6. Panzer-Divisionen. Cette dernière est accompagnée de commandos du Lehr-Regiment « Brandenburg » z.b.V. 800, unité de l’Abwehr spécialisée dans les coups de main (ses personnels le plus souvent déguisés en soldats ennemis) contre les sites stratégiques adverses.

+ Un StuG. III dans la tourmente

Prusse Occidentale, 1944/45

Peu de récits de guerre des membres de la Sturmartillerie dans les derniers jours du III. Reich nous sont parvenus. Alfred Regeniter, Leutnant dans la Sturmgeschütz-Brigade 276, termine la guerre en Prusse à tenter de repousser les Soviétiques. La peur, la désorganisation, le peu de ravitaillement : c’est le tableau d’un III. Reich aux abois qui est dressé par ce jeune Allemand né en 1922 et qui va être décoré de la Ritterkreuz. Voici un extrait de son journal de bord alors que son unité se trouve près de Kulm, peu avant qu’il ne soit gravement blessé à la jambe en février 1945.

+ Les réalisations du Baukommando Becker

Quand le recyclage devient un « Art »

Faute d’un tissu industriel suffisamment important pour équiper la totalité de ses divisions, l’Armée allemande est obligée à recourir à des expédients pour que ses troupes soient dotées d’un minimum de matériel. La masse de machines capturées lors de la campagne de France en 1940 donne alors des idées aux autorités du III. Reich. La mission de modifier tous ces engins en matériels aptes au combat est confiée à l’Hauptmann Alfred Becker, un homme qui a déjà fait ses preuves dans ce domaine.

+ Actus

• Le M1A2C Abrams - Du (plus) neuf avec du vieux ?
• Tsahal prépare ses nouveaux véhicules de combat
• La librairie Forties-Factory
• Taïwan renforce ses capacités militaires grâce aux États-Unis
• Le Musée Militaire Park France

 

Renseignements : Caraktère SARL

Résidence Maunier - 3 120, route d'Avignon - 13 090 Aix-en-Provence - France

Tél : 04 42 21 06 76

 

Nouveauté livres :

Trouver un kiosque près de chez vous

NOUVEAU : voici l'outil indispensable pour trouver votre magazine préféré près de chez vous :
www.trouverlapresse.com